Temples Ġgantija

  • Copie
  • Partager
  • Add to My Gozo

Érigés avant les célèbres pierres suspendues de Stonehenge, les deux temples qui composent ce remarquable site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO ont une histoire extraordinaire. Bâtis entre 3600 et 3200 av. J.-C., ils sont tombés en désuétude aux alentours de 2500 et ne furent pas entièrement révélés à l’œil moderne avant le XIXe siècle.

Leur nom vient de « ġgant », géant en maltais, car les Gozitains croyaient que les temples avaient été construits par une race de géants. Peu surprenant au vu de la taille des blocs de calcaire qui les composent. Certains de ces mégalithes dépassent les cinq mètres de long et pèsent plus de 50 tonnes.

Du calcaire corallin résistant est utilisé pour les murs extérieurs (ce qui explique en partie pourquoi les temples ont survécu si longtemps), tandis que le calcaire de globigérine, moins dur, plus souple, est réservé à l’aménagement intérieur comme les portes, les autels et les dalles décoratives. Chaque temple est composé d’un certain nombre d’absides qui flanquent un couloir central. Des éléments indiquent que les murs internes auraient été enduits et peints. Deux fragments d’enduit marqués à l’ocre rouge ont été trouvés et sont aujourd’hui conservés au musée d’Archéologie de Gozo.

Les temples présentent une large terrasse à l’avant, qui devait probablement être utilisée pour des rassemblements cérémoniaux. Des restes d’ossements suggèrent une sorte de rituel impliquant le sacrifice d’un animal et la présence d’âtres de pierre indique l’usage du feu. Un certain nombre de trous à libation dans le sol pourraient avoir été utilisés pour verser des offrandes liquides.

Une petite quantité de statuettes et autres objets préhistoriques trouvés à Ġgantija peut être observée au musée d’Archéologie de Gozo.