Saint-Dimitri

  • Copie
  • Partager
  • Add to My Gozo

Cette chapelle associée de nombreux mythes et légendes est bâtie sur un promontoire juste à la sortie du village de l-Għarb, près d’une falaise appelée Ras San Mitri (cap de Saint-Dimitri). Accessible depuis Għarb par une route de campagne, l’édifice, qui se dresse dans un lieu enchanteur, est la chapelle la plus à l’ouest de Gozo.

Une chapelle du début du XVe siècle fut reconstruite en 1736 pour créer le bâtiment que nous voyons aujourd’hui. Le retable au-dessus de l’autel de pierre montre Saint-Dimitri à cheval ainsi qu’une vieille femme occupée à prier et un jeune homme enchaîné. Ceci est en rapport avec l’une des nombreuses légendes liées à la chapelle.

Cette légende – qui figure parmi les préférées des historiens et des poètes – raconte comment une vieille femme du nom de Natalizja Cauchi, surnommée Żgugina, était dans sa maison une nuit avec son fils Mathieu lorsque des corsaires barbares fondirent sur l’île, firent irruption chez elle, l’assommèrent et repartirent avec son fils. La malheureuse courut en pleurant à la chapelle Saint-Dimitri et vida sa peine dans une prière passionnée, disant : « Saint-Dimitri, ramenez-moi mon fils et j’allumerai votre lampe avec une mesure d’huile ».

Saint-Dimitri entendit sa supplication. Elle le vit se déplacer à l’intérieur du tableau et en sortir sur le dos de sa monture à la poursuite de la galère turque. Bientôt, il était de retour, tenant l’enfant dans ses bras. Il retourna dans le tableau, mais une empreinte de sabot de son cheval resta gravée dans la roche. Żgugina, reconnaissante, garda jour et nuit une lampe allumée pour le saint.

On raconte également que, lors d’un tremblement de terre, le rocher sur lequel cette première chapelle fut construite se détacha et tomba dans la mer, mais que l’édifice ne se brisa pas. Les marins et les pêcheurs ont souvent rapporté avoir vu de la lumière dans les profondeurs marines – la lampe de Żgugina qui continuait de brûler sous l’eau !

Une autre version de ce conte narre l’histoire d’un navire jetant l’ancre à proximité. L’ancre se coinça et ne put être remontée, alors un marin plongea par-dessus bord pour tenter de la détacher. Celui-ci ne remontant pas à la surface, un autre marin partit à sa recherche. Au bout d’un moment, les deux hommes refirent surface et racontèrent à l’équipage médusé qu’ils avaient vu la chapelle au fond de la mer, avec la lampe encore allumée devant le tableau.

Le sol en mosaïque de la chapelle fut posé en 1935 et les murs furent couverts de mosaïque en 1950. D’autres tableaux représentent Saint-Paul, Saint-Aristarque (un des compagnons de Paul à Malte), l’Assomption et la Sainte face du Christ. La chapelle abrite une petite sacristie et un agréable zuntier (terrasse avant).

La fête en l’honneur de Saint-Dimitri est célébrée le dimanche qui suit le 9 octobre. L’église est bien entretenue par la paroisse de Għarb, l’archiprêtre de Għarb étant également le recteur de la chapelle.